Sortie : 1977

Pressage : Harvest, France, 1977 (Discogs)

Un de ces albums qu’il n’est plus vraiment utile de présenter! A la question difficile de l’album préféré de Pink Floyd, je réponds suivant l’humeur Wish You Were Here ou Animals. Les deux sont assez indissociables et complémentaires à mon sens, le premier étant plus posé, plus atmosphérique et le second beaucoup plus rock, plus sauvage. Ces deux albums offrent une musique progressive ambitieuse, aventureuse et inspirée basée avant tout sur les mélodies, la recherche de sonorités et les arrangements, tout ceci au service de la musique.

Animals c’est une intro acoustique pour rentrer en douceur dans le vif du sujet, puis trois titres épiques absolument passionnants, parmi les plus réussis du groupe à mon humble avis, véritables montagnes russes musicales, à l’instar du titre « Dogs » et ses 17 minutes et c’est enfin une outro acoustique qui fait écho à l’introduction pour finir en douceur.

Animals est peut-être moins ambitieux dans la forme que The Wall par exemple, ou même Dark Side Of The Moon, mais dans le fond, et je me le dis à chaque écoute, Animals c’est pour moi la parfaite symbiose entre un Roger Waters au sommet de son art et des musiciens à l’interprétation débridée, inspirée et passionnée. Vous l’aurez compris, je l’emporte sur l’île déserte celui-là! (oui avec Wish You Were Here!)

You have to be trusted by the people that you lie to
So that when they turn their backs on you
You’ll get the chance to put the knife in – « Dogs »

Mon édition est un pressage français (Discogs indique second pressage français mais si l’on suit la chronologie des sorties de l’album, il s’agirait plutôt du troisième voire quatrième pressage français) trouvé en vide-grenier pour 1€ dans une pile de disques entre Michel Sardou et Mireille Mathieu. Ce qui confirme bien un principe élémentaire du vide-grenier : Fouiller partout, sans exception!