Une récolte plutôt intéressante et variée mais malheureusement, il s’agit très probablement des dernières trouvailles matinales de 2016, le dernier vide-grenier véritablement important de la saison auquel je pensais participer ayant été annulé pour des raisons de sécurité (comme pas mal d’autres cette année…).

On finira donc la saison sur ces quelques vinyles trouvés sur différents stands. Toujours content de trouver du Catherine Ribeiro, même si La Déboussole n’est peut-être pas le meilleur des albums de sa collaboration avec Alpes et que je ne connais absolument pas cet album solo de 1982, Soleil Dans L’Ombre, le double album regroupant ses premiers albums avec les groupes Bis et Alpes est quant à lui excellent!

Je voulais me pencher depuis quelques semaines sur la discographie des années 70 de Bernard Lavilliers, j’avais trouvé 15e Round la semaine précédente et là je tombe sur Le Stéphanois que je n’avais encore jamais croisé. Parfois le hasard fait bien les choses…

vg_091016

Too Old To Rock’n’Roll, Too Young To Die était le dernier album des 70s de Jethro Tull qui manquait à ma collection, loin d’être leur meilleur (sorti entre l’excellentissime Minstrel In The Gallery et le très bon Songs From The Wood, position plutôt délicate), je le préfère quand même nettement à War Child par exemple.

Je ne connais pas du tout ce live de Caravan. Pas spécialement fan des groupes de rock qui font appel à un orchestre symphonique dans le sens où je trouve la démarche intéressante mais rarement pertinente malheureusement. Mais ça reste Caravan, et le prix étant correct, ma curiosité a eu le dernier mot!

Todd Rudgren… Autant j’adore les premiers Utopia, autant sa carrière solo me parle beaucoup moins. Je ne connaissais pas cet album si ce n’est de réputation. J’avoue trouver la face A assez indigeste mais j’ai été agréablement surpris par les trois autres faces. Affaire à suivre car il me semble évident que c’est le genre d’album à appréhender sur le long terme.

Le AC/DC et le Scorpions, du bon hard classique que je n’avais toujours pas en vinyle (pas faute de les avoir croisé pas mal de fois mais jamais en état correct, sans parler des prix…).

Le Chieftains est à échanger, très bel album d’un de mes groupes préférés de musique celtique.

At last but not least, un de mes albums live fétiches, croisé quelques fois, soit trop cher, soit en mauvais état mais cette fois c’était la bonne, j’ai nommé Made In Europe de Deep Purple. Dans l’ombre du légendaire Made In Japan, j’ai une affection particulière pour Made In Europe pour tout un tas de raisons mais j’imagine que le fait de l’avoir découvert en premier joue beaucoup, et oui éventuellement, que je sois fan de la période Coverdale/Hugues aussi!

Je ferai un retour sur la saison 2016 dans un billet à venir avec notamment une sélection des disques qui m’ont le plus fait plaisir cette année. A suivre…