• Renaissance - Renaissance

    Renaissance – Renaissance

    Réédition française de 1970, reconnaissable grâce à ses fameux macarons roses et son gros « i » blanc, du premier album du groupe anglais Renaissance sorti en 1970. Le premier titre de la face A donne le ton, « Kings And Queens » propose un rock progressif très classieux, aux multiples changements et mettant à l’honneur le piano. Le style n’est pas encore aussi symphonique que par la suite mais les compositions sont déjà très intéressantes et abouties. Le chant est principalement tenu par l’ancien Yarbirds Keith Relf avec des interventions de sa soeur, Jane Relf. La talentueuse Annie Haslam n’arrivera que plus tard. Un très bon premier album, déjà très aventureux, qui mélange…

  • Yes - Yes

    Yes – Yes

    Le premier album sorti en 1969 d’une formation qui deviendra l’un des monstres sacrés du rock progressif quelques années plus tard. On y retrouve déjà Chris Squire (basse) et Jon Anderson (chant) à l’origine du groupe et Tony Kaye (claviers), Peter Banks (guitare, chant) ainsi que Bill Bruford (batterie). Ce premier album est honorable mais nous sommes encore loin des classiques progressifs que Yes offrira plus tard. L’ensemble reste très empreint de psychédélisme, de pop 60’s. Mention spéciale à la reprise des Byrds, l’excellente « I See You » réarrangée avec brio et deux autres favoris personnels : « Beyond And Before » qui ouvre l’album et donne un avant goût du Yes à venir, les…

  • Led Zeppelin - I

    Led Zeppelin – I

    Premier album du Zeppelin, sorti en 1969. Le groupe plante le décor avec son hard rock imprégné de blues énergique et sans concession. Un classique du genre avec des incontournables comme « Good Times Bad Times » qui ouvre l’album, l’énorme « Dazed And Confused » ou encore le fougueux et expéditif « Communication Breakdown ». Ce premier effort fait sans conteste partie du club des excellents « debut albums », mais pour autant, il ne figure pas parmi mes préférés du groupe. Je le trouve peut-être un peu moins épique et ambitieux que les albums qui suivront ou tout simplement moins inspiré… Car voyons les choses en face, ce premier album est pratiquement un disque de reprises (plus ou moins créditées), que ce…

  • Led Zeppelin - II

    Led Zeppelin – II

    Led Zeppelin enfonce le clou après un premier et énorme album sorti en 1968. Ce deuxième album s’inscrit totalement dans la continuité du premier, on retrouve ce fameux mélange de hard rock, blues et folk. Encore pas mal de classiques sur cet album et même peut-être « le » classique du groupe, « Whole Lotta Love » et son riff dévastateur. On retrouve également « The Lemon Song », « Heartbreaker » (une de mes préférées, ce solo !!) ou encore l’implacable « Moby Dick » et sa fameuse envolée rythmique. J’ai une affection toute particulière pour deux titres  : « What Is And What Should Never Be » et « Ramble On » qui représentent une des facettes de Led Zep que je préfère à savoir cette faculté…

  • King Crimson ‎– In The Court Of The Crimson King

    King Crimson ‎– In The Court Of The Crimson King

    Comment faire plus emblématique que In The Court Of The Crimson King? King Crimson offre en 1969 avec ce premier disque, l’un des tous premiers albums de rock progressif, à l’influence incommensurable. Pochette emblématique également avec cette peinture d’un visage horrifié aux couleurs vives qui ne peut laisser indifférent et qui est le parfait exemple d’artwork donnant tout son sens au support vinyle. In The Court of The Crimson King est, avec Lark’s Tongues In Aspic et Red, mon album favori de King Crimson. Tout y est ou presque. La furie amère de « 21st Century Schizoid Man », les moments de grâce mélancolique de « I Talk To The Wind » et « Moonchild » (et d’expérimentations…