Porcupine Tree – Lightbulb Sun

Très belle réédition de 2017 chez Kscope du septième album de Porcupine Tree, Lightbulb Bulb, sorti en 2000, pressage en 180g sur deux vinyles transparents.

Pour aller droit au but, je ne trouve guère de défaut à cet album. Entre les titres efficaces et intelligemment accrocheurs que sont « Lightbulb Sun », « Four Chords That Made A Million » ou « Last Chance to Evacuate Planet Earth Before It Is Recycled », l’impression d’être hors du temps qu’offrent « How Is Your Life Today? » ou encore « Where We Would Be », les pépites pop que sont « The Rest Will Flow » et plus encore l’entêtante « Shesmovedon » et son refrain implacable, on tient là une bonne base.

Mais c’est sans compter les deux pièces de résistance de l’album que sont « Hatesong » et « Russia On Ice », deux titres progressifs dans la plus pure tradition Wilson, avec cette ambiance propre à Lightbulb Sun, (que je retrouverai en partie sur Recordings), et une subtilité qui manquera un peu je trouve à des albums comme In Absentia ou Fear Of A Blank Planet (c’est très relatif !). L’album se termine sur la très intimiste et mélancolique « Feel So Low » que j’ai toujours trouvé absolument splendide, très simple et pourtant si poignante.

Version clear du pressage de 2017

J’ai découvert Porcupine Tree à la sortie de cet album et je l’ai adoré dès les premières secondes de l’intro acoustique de « Lightbulb Sun » jusqu’aux dernières de « Feel So Low ». Si par la suite, In Absentia et Fear Of A Blank Planet sont devenus des obsessions, je suis toujours revenu vers Lightbulb Sun avec un immense plaisir, sans jamais me lasser.

Près de 20 ans plus tard, je pense pouvoir dire que c’est l’album du groupe que j’emporterais sur une île déserte. C’est celui qui m’a le plus marqué notamment par son atmosphère si spéciale, ce mélange de mélancolie, de nostalgie et d’amertume. Un favori personnel aussi, effectivement, parce que c’est le tout premier disque de Steven Wilson que j’ai écouté, le premier d’une longue série…

 

Next Post

4 Comments

  1. Diablotin 10 juin 2018

    Suis allé découvrir cela sur le Tube, où l’on peut entendre l’album en entier dans d’assez bonnes conditions -il y a aussi un live de 2008 alternant des choses que j’ai assez aimées avec des passages que j’ai rapidement zappés tant cela correspondait assez exactement à ce que je n’aime pas en pop-rock-.
    Globalement, l’album est plutôt sympa, même si je m’attendais à une intro exceptionnelle vu ce que tu en dis dans ta notule : en fait, je ne l’ai pas trouvée si exceptionnelle que ça, elle n’installe pas beaucoup de tension à mes oreilles; la suite me convient beaucoup plus.
    Une découverte plutôt sympathique, donc, même si le nom de Wilson évoque plus pour moi Brian que Steve 😉 !

    • Sound Chaser 10 juin 2018 — Post Author

      Je ne crois pas avoir parlé d’intro spécialement exceptionnelle, c’est juste que personnellement, j’ai été séduit dès le début de l’album, ça ne s’explique pas vraiment, c’est juste un ressenti encore une fois très personnel. Grooves & Memories, c’est un blog perso, rien de plus 😉

      On ne recherche pas les mêmes choses musicalement, aussi tu risques d’être souvent déçu par les disques que j’évoque et que j’adore, d’autant plus s’ils sont estampillés « rock progressif » 😀

  2. HYPSIS 10 juin 2018

    C’est avec cet album et le fabuleux live « Coma Divine » que je suis entrée -tardivement- dans l’univers de PT. Pas encore métal comme les albums qui vont suivre, il est le sommet artistique de la phase pop/space du groupe !

    • Sound Chaser 10 juin 2018 — Post Author

      Oui voilà ! Coma Divine et Lightbulb Sun, deux excellentes façons d’aborder le groupe à mon sens !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Grooves & Memories

Theme by Anders Norén, modifié par Sound Chaser