• Deep Purple - Burn

    Deep Purple – Burn

    Huitième album de Deep Purple sorti en 1974. Mon exemplaire est un repressage français de 1978. Burn marque les débuts studio de Deep Purple Mark III (1973-1975). Ian Gillan et Roger Glover ne sont plus de la partie, remplacés par l’ex Trapeze Glenn Hugues (basse et chant) et David Coverdale (chant principal). Cette formation n’aura duré que le temps de trois albums, Burn, Stormbringer et Come Taste The Band (avec Tommy Bolin qui remplacera Ritchie Blackmore sur ce dernier) mais j’avoue avoir un petit faible pour cette période du groupe. Le duo vocal Hugues/Coverdale était franchement parfait, deux voix tout à fait complémentaires et charismatiques. Quel meilleur exemple que le…

  • Deep Purple - Machine Head

    Deep Purple – Machine Head

    Il y a In Rock bien sûr, monument sorti en 1970 mais il y a aussi Machine Head, l’autre grand classique du groupe version MK II (avec Ian Paice, Roger Glover, Ritchie Blackmore, Jon Lord et Ian Gillian). In Rock contient l’épique « Child In Time » qui à elle seule justifie l’album mais Machine Head n’est pas en reste. On y retrouve LE titre de Deep Purple, le fameux « Smoke On The Water » et son riff aussi simpliste que génial ou encore l’énergique et puissante « Highway Star ». Voilà pour les plus connus. On y trouve d’autres pépites, des titres plus posés et groovy comme « I’m A Leo » ou « Never Before » ou encore « Lazy » qui…

  • Led Zeppelin - Houses Of The Holy

    Led Zeppelin – Houses Of The Holy

    Le premier Led Zeppelin que j’ai acheté en vinyle et l’un de mes albums préférés du groupe. Ce cinquième album des anglais se retrouve un peu coincé entre le mythique quatrième album et l’épique double album Physical Graffiti. Un peu dans l’ombre de ces monuments sans doute mais je lui trouve un charme particulier. Houses Of The Holy contient surtout deux de mes titres favoris du Zeppelin, deux intouchables. La magnifique « The Rain Song » (qui m’a fait découvrir pour la première fois le Mellotron) et cette combinaison acoustique/électrique si caractéristique du groupe que j’aime tant (qu’on retrouve également avec l’excellente « Over The Hills And Far Away ») et bien sûr la monumentale « No…

  • Rush - A Farewell To Kings

    Rush – A Farewell To Kings

    Pressage français original pour ce cinquième album des canadiens, A Farewell To Kings. Le successeur du mythique 2112, se fait encore plus ambitieux et passionnant. Rush est impressionnant de maîtrise, que ce soit Geddy Lee, sa voix puissante et ses parties de basse enflammées, Alex Lifeson et ses envolées de six cordes à la fois mélodiques et déjantées et évidemment, Neil Peart à la batterie plus inspiré et imposant que jamais, agrémentant un peu plus son jeu d’une multitude de percussions, cloches en tous genres, ainsi que des fameuses tubular bells ! L’album n’est pas parfait, certains titres comme « Closer To The Heart » ou « Cinderella Man » sont sympathiques mais un peu…

  • Ruby The Hatchet - Ouroboros

    Ruby The Hatchet – Ouroboros

    Ruby The Hatchet, c’est ma découverte de 2017 ! Le groupe de Philadelphie est composé de John Scarperia à la guitare, Mike Parise à la basse, Owen Stewart à la batterie, Sean Hur à l’orgue et Jillian Taylor au chant. Les groupes menées par une chanteuse et donnant dans le hard rock vintage sont légion ces derniers temps, de quoi satisfaire pas mal d’oreilles nostalgiques. Il faut néanmoins faire un peu le tri, certains groupes étant plus inspirés et originaux que d’autres. Personnellement, c’est Ruby The Hatchet qui m’a particulièrement marqué en 2017 lors de mes errances musicales sur Bandcamp au point de me procurer très vite leurs trois albums…

  • Rush - Fly By Night

    Rush – Fly By Night

    Deuxième album du groupe et premier et unique changement de line-up qui aura lieu dans la carrière des canadiens. John Rutsey, batteur du premier album éponyme, qui le navire pour des raisons de santé et son aversion pour les tournées et se voit remplacer par « le professeur », un certain Neil Peart. Un remplacement pour le moins décisif puisque non content d’être l’un des plus grands batteurs du genre, Neil Peart s’attèle également à l’écriture des paroles avec un talent certain. Alors effectivement ce deuxième album est encore très inspiré par Led Zeppelin mais honnêtement, même si je suis fan des anglais, j’aurais du mal à choisir entre le deuxième album…