• Supertramp - Crime Of The Century

    Supertramp – Crime Of The Century

    Pressage anglais de 1974 pour ce troisième album de Supertramp, Crime Of The Century, certainement mon album préféré du groupe et l’un de mes albums favoris de cette année. L’évolution artistique entre les deux premiers albums en demi-teinte et celui-ci est impressionnante ! L’album contient plusieurs de mes titres préférés : « School », « Hide In Your Shell », « Rudy » et évidemment la magnifique « Crime Of The Century ». Troisième album, succès commercial et premier classique qui débute pendant quelques albums incontournables l’âge d’or d’un groupe au sommet de son art, un rock progressif accessible, terriblement mélodique et d’une très grande classe.

  • Transatlantic - SMPT:e

    Transatlantic – SMPT:e

    1999, début 2000, alors en pleine découverte de Spock’s Beard, Dream Theater, The Flower Kings et Marillion, l’annonce d’un supergroupe composé de musiciens de ces groupes, respectivement Neal Morse, Mike portnoy, Roine Stolt et Pete Trewavas, m’avait évidemment intrigué et poussé à aller acheter l’album (en CD) à sa sortie, en mars 2000. En 2017, je suis tombé sur cette réédition vinyle de 2016 à Londres, à la foire aux disques du Old Spitalfields Market, que j’ai rapporté, je l’avoue, un peu par nostalgie. Ce premier album intitulé SMPTe est principalement le fruit de l’écriture prolifique de Neal Morse et sonne donc naturellement Spock’s Beard période Day For Night/V mais la sensibilité musicale des…

  • Weidorje - Weidorje

    Weidorje – Weidorje

    Alerte album d’une autre planète! Planète située non loin d’une certaine Kobaïa… Weidorje est un groupe français de Zeuhl formé en 1976 autour de Bernard Paganotti (basse) et Patrick Gauthier (claviers), deux anciens membres du mythique Magma. Un album du genre incontournable, malheureusement seul et unique témoignage d’un groupe dont la durée de vie fut très courte puisque celui-ci se dissout dès 1979. Cette œuvre unique est d’autant plus fascinante, un coup de génie composé de trois titres qui balayent tout sur leur passage et qui ne peuvent laisser indifférent. « Elohim’s Voyage » commence doucement jusqu’à ce riff de basse typique de l’univers Zeuhl, absolument sans pitié et s’étale sur 16 minutes d’une lourdeur et d’une…