Vinyl Shop
Disquaires

Acheter des vinyles à Brest : disquaires et dépôts-ventes

De passage à Brest, j’ai saisi l’occasion pour découvrir ce que la cité océane avait à offrir en terme de vinyles.

Si Brest est la deuxième ville la plus importante de Bretagne après Rennes, les disquaires ne sont pas légion et trouver des pépites s’est révélé plus délicat qu’à l’accoutumée…

C’est parti pour un panorama des disquaires et dépôts-ventes, par ordre alphabétique…

Bad Seeds Record Shop

Bad Seeds Record Shop

Je commence avec ce qui s’avère être mon adresse favorite bizarrement. Bizarrement car je n’y ai rien trouvé et que je ne suis pas certain d’être vraiment la cible de la boutique, d’un point de vue musical.

Pour autant j’ai beaucoup aimé cette adresse qui propose des styles musicaux assez pointus (dark folk, indus, minimal wave, expérimental…), principalement du neuf, et en bonus, des tickets de concerts, j’y ai vu également des pédales d’effets guitare.

Le petit détail qui fait la différence, un bac « name your price » avec du Genesis, du Alan Stivell, et du folk breton courant mais que l’on peut voit ailleurs à des prix ridicules. Très bon point !

Adresse : 26 rue massillon
Site web

Dialogues Musiques

Dialogues Musiques

Le pendant musical de la (très chouette) librairie située jusque à côté. On y trouve des vinyles neufs, les dernières sorties. Les prix sont dans la moyenne pour du neuf. Un bac de disques à 2€ (des albums qui m’ont semblé être de l’électro, je ne connaissais aucun titre…).

Pour du neuf, c’est ici que j’aurais tendance à me rendre. Les autres options étant évidemment la Fnac ou encore Cultura, mais l’offre de cette dernière n’est pas énorme.

Adresse : 37, rue Louis Pasteur
Site web

Emmaüs

Emmaüs

Un passage obligé dans l’Emmaüs local. Très animé, très bien organisé et balisé, avec quelques bacs de disques à 1€. Un vendredi après-midi n’est certainement pas le bon moment pour y trouver des pépites mais bon, une visite ne coûte rien. J’ignore si leur stock tourne beaucoup. C’était en tout cas l’occasion de redécouvrir cet album de Nana Mouskouri… Ou pas.
Adresse : 190 Rue de Gouesnou
Site web

Happy Cash

Il y a des Happy Cash que j’aime beaucoup (celui de Nantes par exemple qui a toujours quelques albums intéressants et qui pratiquent des petits prix). Très déçu par celui-ci, peu de disques, à la limite ça c’est aléatoire, mais surtout, des prix ridicules. Du Elton John à 19 euros ? Il faut redescendre un peu…

Adresse : 27 Rue de la 2ème Db
Site web

L’Oreille KC

L'Oreille KC

Une jolie boutique orientée musique (vinyles et cds), comics et bande dessinée. J’ai bien aimé l’accueil. Le nombre de bacs n’est pas énorme. Un peu de pop internationale, de hard rock, de blues, de jazz et quelques vinyles neufs également.

Des tarifs plutôt intéressants puisque pas mal d’albums sont à 5 ou 7€. Je n’ai pas trouvé grand chose si ce n’est un album des Tannahill Weavers qui me manquait.

Adresse : 10 rue Bugeaud
Site web

Troc.com

Troc.com

Par acquis de conscience, passage dans ce dépôt-vente histoire de. Quelques vinyles à 1€, l’occasion idéale de se faire l’intégrale de Julio Iglesias et peut-être même, en cherchant bien, dénicher un autre album de Nana Mouskouri.

Adresse : 1 Rue de Kerbernard
Site web

Vinyl Shop

Vinyl Shop

Je termine avec le disquaire de Brest qui s’apparente le plus à ce que j’aime même si la devanture n’est pas très engageante. Petite boutique plutôt bien fournie. Un section prog/psyché/kraut où j’ai déniché un album que je n’avais jamais croisé (Peter Bennett, The Old Pals Act). Bien mal m’en a pris puisqu’il ne sonne ni prog, ni psyché, ni kraut…

Globalement des tarifs dans la moyenne mais pas vraiment de petits prix, compter minimum 10 euros par album. Il y a bien une section à 3€, mais que des disques totalement inintéressants et/ou rincés (j’avoue ne pas bien comprendre l’intérêt). A noter une section dédiée aux artistes de Brest.

Adresse : 12 rue Monseigneur Graveran
Site web


Un résultat somme toute assez décevant, les disquaires de Brest ne sont pas très nombreux et les pépites se sont faites plutôt rares (et ce n’est pas la foire aux disques le lendemain qui rattrapera le coup…). Mais la cité océane a évidemment bien d’autres choses à offrir !

Musicien derrière Spleen Arcana et féru de rock progressif, je partage ici ma passion pour la musique et pour mon support fétiche, le vinyle!

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.