Sortie : 1975

Pressage : Mercury, Allemagne, 1975 (Discogs)

Deuxième album du groupe et premier et unique changement de line-up qui aura lieu dans la carrière des canadiens. John Rutsey, batteur du premier album éponyme, qui le navire pour des raisons de santé et son aversion pour les tournées et se voit remplacer par « le professeur », un certain Neil Peart. Un remplacement pour le moins décisif puisque non content d’être l’un des plus grands batteurs du genre, Neil Peart s’attèle également à l’écriture des paroles avec un talent certain.

Alors effectivement ce deuxième album est encore très inspiré par Led Zeppelin mais honnêtement, même si je suis fan des anglais, j’aurais du mal à choisir entre le deuxième album de ces derniers et ce Fly By Night. La fougue du groupe mêlée à la technique instrumentale des trois musiciens sont déjà assez impressionnantes et jouissives. Le style reste ancré dans le hard rock mais on sent déjà poindre certaines tendances progressives et le désir de proposer une musique plus sophistiquée. « By-Thor And The Snow Dog » en est un très bon exemple. 9 minutes épiques et sans temps mort qui révèlent un peu plus la créativité du guitariste Alex Lifeson et constituent peut-être le premier titre réellement progressif du groupe.

Alors certes Fly By Night ne fait pas partie des classiques de Rush qui viendront un peu plus tard mais quand même, je l’aime beaucoup ce deuxième album déjà parce qu’il envoie bien comme il faut et parce qu’on sent bien que le groupe peut aller beaucoup plus loin, mais aussi parce que c’est le premier album avec Neil Peart et que déjà, son jeu apporte énormément. Enfin, j’avoue avoir un faible pour la pochette. Quoiqu’il en soit, si Fly By Night demeure forcément dans l’ombre de 2112, Hemispheres ou Moving Pictures, je trouve qu’il mérite amplement qu’on lui laisse sa chance !

« You feel there’s something calling you
You’re wanting to return
To where the misty mountains rise
And friendly fires burn »

Rivendell