• Rush - Fly By Night

    Rush – Fly By Night

    Deuxième album du groupe et premier et unique changement de line-up qui aura lieu dans la carrière des canadiens. John Rutsey, batteur du premier album éponyme, qui le navire pour des raisons de santé et son aversion pour les tournées et se voit remplacer par « le professeur », un certain Neil Peart. Un remplacement pour le moins décisif puisque non content d’être l’un des plus grands batteurs du genre, Neil Peart s’attèle également à l’écriture des paroles avec un talent certain. Alors effectivement ce deuxième album est encore très inspiré par Led Zeppelin mais honnêtement, même si je suis fan des anglais, j’aurais du mal à choisir entre le deuxième album…

  • Steve Hackett - Voyage Of The Acolyte

    Steve Hackett – Voyage Of The Acolyte

    Premier album solo de Steve Hackett enregistré juste avant la fin de la tournée de The Lamb Lies Down On Broadway. L’ancien guitariste de Genesis a sorti un certain nombre d’excellents albums mais je dois dire que celui-ci reste mon préféré. On ne va pas se mentir, avec Phil Collins à la batterie (et au chant sur « Star Of Sirius ») et Mike Rutherford à la basse, on n’est vraiment pas loin de Genesis. Certes il manque l’élément principal (Peter ou Tony, à vous de choisir…),  mais globalement, on est en terrain familier. Voyage Of The Acolyte est peut-être un peu moins sombre et plus pastoral qu’un Nursery Cryme ou qu’un Foxtrot pour…

  • Bo Hansson - Attic Thoughts

    Bo Hansson – Attic Thoughts

    Sorti en Suède en 1975 sous le titre original Mellanväsen, Attic Thoughts est le troisième album de Bo Hansson. Si Attic Thoughts se fait peut-être un peu moins singulier, mystérieux et venu d’un autre monde (la Terre du Milieu en l’occurence) que le magnifique Sagan Om Ringen (Music Inspired By The Lords Of The Ring), mais ce troisième album n’en demeure pas moins excellent et dans la continuité du précédent, Magician’s Hat. C’est sans doute le fait que la batterie de Rune Carlsson soit beaucoup plus présente qui rend l’ensemble plus « classique » dans la forme et ajoute un fondement rock. En ce sens, certains passages rappellent, et c’est plutôt une bonne chose, Camel. Mike Oldfield évoquait cette idée…

  • Mona Lisa - Grimaces

    Mona Lisa – Grimaces

    Second pressage français sorti chez Crypto en 1979 pour ce deuxième album des français Mona Lisa. Un excellent album de la scène progressive française qui évoque évidemment la musique d’Ange mais aussi celle de Genesis. L’album commence doucement avec une reprise très réussie de Georges Brassens, « La Mauvaise Réputation », « Brume », un titre relativement accessible, puis monte en puissance progressivement avec « Complainte Pour Un Narcisse », pour terminer la face A sur l’excellente « Le Jardin Des Illusions ». La face B est encore plus réussie et dévoile des titres encore plus ambitieux, encore plus progressifs, où Mona Lisa se démarque je trouve, développant son propre univers et donnant un aperçu des deux albums à venir. J’ai vraiment…

  • Led Zeppelin - Physical Graffiti

    Led Zeppelin – Physical Graffiti

    Difficile de déterminer quel serait mon album de Led Zeppelin préféré. Le genre de questions qui pourrait occuper une discussion (de fans) pendant quelques heures… Si pas mal de titres du Zeppelin sont des standards blues ou folk réarrangés à leur sauce, peut-on utiliser ce critère comme base d’appréciation des albums ? On peut retrouver une liste des reprises ou inspirations du groupe par album sur cet article intéressant de Wikipedia. On remarque que les trois premiers albums sont ceux qui contiennent le moins de titres originaux, contrairement au IV et à Presence qui ne contiennent chacun qu’une reprise et donc Houses Of The Holy et In Through The Outdoor,…

  • Fireballet - Night On Bald Mountain

    Fireballet – Night On Bald Mountain

    Ce premier album de Fireballet ne fait pas vraiment l’unanimité. Enième ersatz américain de Genesis, Yes et consorts pour beaucoup (les même reproches d’autant plus justifiés pour le coup qu’a pu subir Starcastle ou encore Druid), Night On Bald Mountain n’a tout simplement pas trouvé sa place parmi les classiques du genre. Evidemment je ne partage pas vraiment cet avis puisque cet album a longtemps figuré sur ma wishlist avant que je ne le trouve par hasard à Londres en 2016. Alors évidemment leur groupe est inspiré par le mouvement progressif britannique, sans nul doute, mais ce qui me plaît et qui fait toute la différence avec un groupe comme Starcastle justement…