Sortie : 1973

Pressage : Virgin, Europe, 1986 (Discogs)

Un monument! Certainement l’un des meilleurs albums du groupe, il est devenu au fil des années, mon album fétiche des anglais mais également du genre musical en lui-même. Il figure depuis pas mal d’années dans mon palmares du rock progressif (et tous genres confondus d’ailleurs) et je pense pouvoir dire qu’il est est devenu indétronâble, au même titre qu’un Close To The Edge de Yes.

Je ne suis pourtant pas particulièrement fan de « I Know What I Like » et « More Fool Me » mais le reste de l’album est tellement fascinant que je prends ces deux titres un peu plus conventionnels comme des pauses entre les moments les plus épiques et les plus ambitieux.

Je dois avouer, et je pense qu’au départ cela joue dans l’importance que je lui accorde, avoir découvert le groupe avec cet album, emprunté à la médiathèque alors que je ne connaissais ni l’existence même du rock progressif, ni la carrière du groupe, à part évidemment à travers ses tubes 80 et 90’s.

Le choc fut immédiat dès l’introduction a cappella de Peter Gabriel et ce titre d’ouverture, « Dancing With The Moonlit Knight », est devenu presque instantanément mon titre favori du groupe. Tout y est de l’introduction sublime au break puissant en passant par le passage instrumental d’une efficacité redoutable, la composition, l’interprétation, tout y est parfait pour moi, si tant est que la perfection existe… Du grand art et la porte ouverte à tout un genre d’une richesse incroyable!

« Firth Of The Fifth », encore une introduction magnifique et le solo magistral de Steve Hackett, « The Battle Of Epping Forest » et Peter Gabriel au sommet et « The Cinema Show » et le solo de Tony Banks qui s’amuse avec son Arp Pro Soloist, démonstration inspirée d’une technologie encore toute récente.

Bref, les mots me manquent pour décrire cet album et en même temps, je pourrais en parler des heures! J’adore également Foxtrot, The Lamb Lies Down On Broadway ou encore Nursery Cryme évidémment mais  Selling England By The Pound sera toujours un peu spécial pour moi.

Au sujet de ce pressage, il s’agit d’une édition européenne datant de 1986, trouvée en vide-grenier, il est en parfait état, pochette gatefold, et l’écoute est impeccable! Je possède également un autre pressage de 1985, non gatefold. Je ne serais pas contre un pressage UK pour la collection! J’ai tendance à posséder plusieurs pressages différents pour ce genre d’albums cultes à mes yeux (enfin à mes oreilles en l’occurence). Fétichisme?