Sortie : 2016

Pressage : Europe, Spinefarm Records (Discogs)

Fan absolu de leur premier album, The Circle & The Blue Door, j’attends pas mal de ce second album. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Leur EP sorti entre temps en 2014, In The Meantime, laissait présager du meilleur. Mais au final, je préfère les quatre titres de cet EP à n’importe quel titre de Desire’s Magic Theatre.

Alors certes j’ai été déçu par rapport au premier album qui était pour moi parfait en tout point, difficile d’enchaîner sur un album du même calibre mais, et c’est un gros « mais », je dois néanmoins nuancer cet avis qui peut paraître un peu injuste.

Ce sont surtout les premières écoutes qui m’ont déçu notamment parce que le genre est sensiblement différent, ce second album est beaucoup plus psychédélique que le premier qui était plus dans une veine proto progressif occulte, les pochettes respectives en témoignent d’ailleurs. Mais au-delà de ça, l’album se dévoile au fil des écoutes et surtout, et sur ce point, je n’ai absolument pas été déçu, Rosalie Cunningham chante divinement bien. Du feeling et un sens de la mélodie vraiment remarquables!! La production et les sonorités vintage (très fan du son des guitares notamment) sont également un gros point fort de l’album, et de Purson en général d’ailleurs.

Au final, si la musique vintage est plutôt au goût du jour, ils sont quand même très peu à proposer une musique aussi bien interprétée et inspirée, le tout menée par une chanteuse/guitariste/compositrice aussi talentueuse. Desire’s Magic Theatre ne figure peut-être pas dans mon top 10 2016 mais trouve une place tout à fait méritée dans mon top 20!