Sortie : 1977

Pressage : Mercury, France, 1977 (Discogs)

Pressage français original pour ce cinquième album des canadiens, A Farewell To Kings. Le successeur du précédent album, le mythique 2112, se fait encore plus ambitieux et passionnant.

Rush est impressionnant de maîtrise, que ce soit Geddy Lee, sa voix puissante et ses parties de basse enflammées, Alex Lifeson et ses envolées de six cordes à la fois mélodiques et déjantées et évidemment, Neil Peart à la batterie plus inspiré et imposant que jamais, agrémentant un peu plus son jeu d’une multitude de percussions, cloches en tous genres, ainsi que des fameuses tubular bells !

L’album n’est pas parfait, certains titres comme « Closer To The Heart » ou « Cinderella Man » sont sympathiques mais un peu en dessous du reste. Pour autant, « A Farewell To Kings » reste l’un de mes albums favoris de Rush, ne serait-ce que pour les chefs d’oeuvres que sont « A Farewell To Kings » et sa construction progressive à souhait, « Xanadu » et son ambiance épique, presque « cinématographique » et « Cygnus X-1 » et son final absolument dantesque. Du grand Rush !