• Led Zeppelin - Houses Of The Holy

    Led Zeppelin – Houses Of The Holy

    Le premier Led Zeppelin que j’ai acheté en vinyle et l’un de mes albums préférés du groupe. Ce cinquième album des anglais se retrouve un peu coincé entre le mythique quatrième album et l’épique double album Physical Graffiti. Un peu dans l’ombre de ces monuments sans doute mais je lui trouve un charme particulier. Houses Of The Holy contient surtout deux de mes titres favoris du Zeppelin, deux intouchables. La magnifique « The Rain Song » (qui m’a fait découvrir pour la première fois le Mellotron) et cette combinaison acoustique/électrique si caractéristique du groupe que j’aime tant (qu’on retrouve également avec l’excellente « Over The Hills And Far Away ») et bien sûr la monumentale « No…

  • Yes - Time And A Word

    Yes – Time And A Word

    Deuxième album des anglais et déjà un album charnière pour plusieurs raisons. L’arrivée aux manettes d’un certain Eddie Offord, qui deviendra leur ingénieur du son sur toute la période classique (jusqu’en 1974), c’est un premier point important. Ensuite, Yes se plie déjà à l’exercice de l’orchestre (comme d’autres à l’époque, les Moody Blues, Deep Purple, The Nice… Avec plus ou moins de succès), afin d’apporter la dimension symphonique dont rêvent Jon Anderson et Chris Squire. Un autre élément important de l’album : la basse ! La Rickenbacker de Chris Squire est beaucoup plus en avant que sur le premier album et on touche du doigt le son et le style…

  • Yes - Yes

    Yes – Yes

    Le premier album sorti en 1969 d’une formation qui deviendra l’un des monstres sacrés du rock progressif quelques années plus tard. On y retrouve déjà Chris Squire (basse) et Jon Anderson (chant) à l’origine du groupe et Tony Kaye (claviers), Peter Banks (guitare, chant) ainsi que Bill Bruford (batterie). Ce premier album est honorable mais nous sommes encore loin des classiques progressifs que Yes offrira plus tard. L’ensemble reste très empreint de psychédélisme, de pop 60’s. Mention spéciale à la reprise des Byrds, l’excellente « I See You » réarrangée avec brio et deux autres favoris personnels : « Beyond And Before » qui ouvre l’album et donne un avant goût du Yes à venir, les…

  • Led Zeppelin - III

    Led Zeppelin – III

    Troisième album du Zeppelin qui monte encore un peu plus en puissance. L’un de mes préférés et, suivant l’humeur peut-être même mon préféré. C’est intimement lié au fait qu’il s’agisse du premier disque (en CD…) que je me sois acheté, ma première véritable révélation musicale. Dès le titre d’ouverture, « Immigrant Song », l’affaire était entendue, il s’agirait d’un album très important dans mon initiation musicale. En même temps, difficile de faire plus efficace comme entrée en matière… Encore pas mal de titres empruntés (pour ne pas dire autre chose) à d’autres artistes ou de titres traditionnels à la sauce Led Zep, mais globalement je trouve que l’identité du groupe devient plus…

  • Yes - Relayer

    Yes – Relayer

    Une de mes pochettes favorites de Roger Dean pour ce  septième album du groupe anglais. Rick Wakeman (claviers) s’en est allé suite à des divergences musicales liées au précédent album, Tales From Topographic Oceans, remplacé alors par le claviériste suisse Patrick Moraz (Refugees). Il semble souffler un vent nouveau, ou en tout cas, de renouveau, sur l’univers de Yes, et Patrick Moraz n’y est certainement pas pour rien. On retrouve ce petit grain de folie, ces envolées inspirées et inspirantes qui vous donnent la chair de poule et des musiciens complètement habités. Toutes ces choses qui rappellent évidemment leur chef d’oeuvre, Close To The Edge. Le format de l’album fait aussi…

  • Led Zeppelin - I

    Led Zeppelin – I

    Premier album du Zeppelin, sorti en 1969. Le groupe plante le décor avec son hard rock imprégné de blues énergique et sans concession. Un classique du genre avec des incontournables comme « Good Times Bad Times » qui ouvre l’album, l’énorme « Dazed And Confused » ou encore le fougueux et expéditif « Communication Breakdown ». Ce premier effort fait sans conteste partie du club des excellents « debut albums », mais pour autant, il ne figure pas parmi mes préférés du groupe. Je le trouve peut-être un peu moins épique et ambitieux que les albums qui suivront ou tout simplement moins inspiré… Car voyons les choses en face, ce premier album est pratiquement un disque de reprises (plus ou moins créditées), que ce…